TROP OU PAS ASSEZ D’EMOTIONS ?

Que vous ayez trop d’émotions ou que vous croyez ne pas en avoir du tout, cet article parle de vous. Ceux qui en ont trop voudraient s’en débarrasser, les autres aimeraient connaitre le chemin pour s’y reconnecter.

Les uns disent : « Mes émotions sont un véritable handicap, elles m’empêchent de faire ce que je veux, car j’ai peur de faire de la peine, je prends souvent sur moi pour épargner les autres. J’envie les calculateurs froids qui ne laissent rien paraitre car ils ne ressentent rien donc ne souffrent pas, la vie doit être plus facile pour eux. »
Les autres pensent : « On me dit froid, distant, incapable de compassion, …on me reproche de ne pas exprimer mes sentiments, d’être insensible. C’est faux, mais je ne sais pas exprimer mes ressentis. Et puis toutes ces effusions d’affection ou de pleurs me dérangent, me mettent mal à l’aise. Tout cela manque de pudeur et de retenue. »
Laquelle de ces deux catégories de personnes est la plus heureuse ? Aucune. On ne peut pas vivre heureux sans être connecté à ses émotions et pas non plus si elles nous submergent en permanence. Il est possible de vivre heureux avec ses émotions, encore faut-il savoir les apprivoiser.
Les émotions sont le moteur de nos actions, il est important d’y être connecté car elles ont une fonction vitale. J’aime à dire que les émotions sont à nos âmes ce que la douleur est au corps. C’est parce que cela finit par faire mal que l’on enlève sa main du feu. Il devrait en être de même avec les émotions : quand la situation fait mal, il faut en sortir. Les émotions ont quelque chose à nous dire sur nous même. Par exemple, « je n’aime pas cette personne » au lieu de s’arrêter à ce constat de, il peut être intéressant de se demander : qu’est ce qui vient me déranger chez cette personne ? Qu’est ce que cela a-t-il à voir avec ma problématique ? Dérange-t-elle une de mes valeurs ? Réussit-elle là où je me sens faible ? Qu’a-t-elle que je n’ai pas ?